Skip to content
Go to GoCardless homepage
Tarifs
ConnexionS'inscrire

L’état du résultat global : définition

L’état du résultat global est un document comptable qui répond aux normes de l’International financial reporting standards (ou IFRS), qui permettent de standardiser la présente des données comptables dans le monde entier. En vigueur depuis 2005, année durant laquelle elles ont remplacées les normes IAS (International Accounting Standards), elles sont éditées par l’International Accounting Standards Board (ou IASB).

L’état du résultat global (en anglais « statement of comprehensive income ») regroupe le compte de résultat et les autres éléments du résultat global (que les anglais désignent sous le terme « other comprehensive income »), c’est-à-dire tous les postes du bilan qui influent sur les capitaux propres.

La différence principale est l’introduction de la notion de « juste valeur », qui entraîne des variations de la valeur des actifs ou des passifs de l’entreprise, mais qui ne dépendent pas de l’entreprise elle-même.

L’état du résultat global : les changements introduits par l’IFRS

Pour être plus précis, les six changements introduits par l’IFRS, qui s’est inspiré des normes américaines, sont les suivants :

  • les changements de juste valeur des actifs immobilisés corporels : les entreprises peuvent valoriser leurs actifs corporels à l’actif de leurs bilans. Par exemple, Publicis a, lors de son inscription à l’IFRS, réévalué son immeuble des Champs-Elysées de 5 à 164 millions d’euros, dégageant ainsi une plus-value de 159 millions, inscrite en capitaux propres.

  • les changements de juste valeur des actifs immobilisés incorporels

  • les changements de valeur des engagements de retraite dus à des changements d’hypothèses : les changements de valeur induits par un changement d’hypothèse en matière de mortalité, de taux de turnover, de date de départ en retraite, d’augmentation des salaires ou des prestations de retraite figurent dans les autres éléments du résultat global.

  • les écarts de conversion dus à la consolidation de filiales présentant leurs comptes dans une devise autre que celle de sa maison mère

  • les changements de juste valeur des actifs financiers classés comme disponibles à la vente : ils sont réévalués au bilan et la plus-value latente est inscrite dans les autres éléments du résultat global et donc dans les capitaux propres.

  • la partie efficace d’une couverture d’un risque financier : cela ne s’applique qu’aux couvertures en « cash flow hedge » (les intérêts sur une dette à taux variable, par exemple) et non aux couvertures de juste valeur (« fair value hedge », comme la valeur d’une dette à taux fixe).

L’état du résultat global : une notion vraiment utile ?

Il est intéressant de conclure en précisant qu’une majorité d’experts jugent que l’état du résultat global est une notion comptable qui crée plus de confusion qu’elle n’apporte d’éclaircissements. Selon une étude menée en 2012, 57% des analystes européens estiment même cette notion inutile lorsqu’il s’agit d’analyser le résultat comptable.

Elle présente ainsi trois faiblesses principales. Premièrement, force est de constater que les entreprises ne communiquent que très peu sur les éléments listés au paragraphe précédents car, si ceux-ci peuvent avoir un impact réel, ils dépendent essentiellement de facteurs externes à l’entreprise. Pour reprendre l’exemple de Publicis, sa plus-value immobilière est une opération financière intéressante, mais elle ne dépend pas des activités de l’entreprise, et un revirement du marché immobilier pourrait lui faire perdre de la valeur.

Deuxièmement, le résultat global introduit un concept de « recyclage en résultat » qui n’est clairement défini dans aucun texte.

Troisièmement, le terme même d’«état de résultat global » n’est pas clairement défini. De nombreuses entreprises françaises du CAC 40 inscrites à l’IFRS utilisent d’ailleurs des noms divers : état du résultat global, état des produits et charges comptabilisés, état des résultats comptabilisés ou encore état des résultats. Des termes différents qui pourraient cacher des réalités différentes alors que la notion de « compte de résultat » est très claire et précise.

GoCardless simplifie la collecte de paiements récurrents

S'inscrireNous contacter

Automatisez la collecte de vos paiements avec GoCardless

En savoir plus

Nous contacter

Equipe commerciale

Equipe support

Carrière

Devenir partenaire

Vous avez vu “PRV SEPA” sur votre relevé bancaire ? Cliquez ici.

GoCardless SAS, 23-25 Avenue Mac-Mahon, Paris, 75017, France

GoCardless SAS, filiale de GoCardless Ltd, est un Etablissement de Paiement agréé par l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Régulation), Code Interbancaire (CIB) 17118 et habilité à prélever des paiements à travers l’Union Européenne. GoCardless Ltd. (Sutton Yard, 65 Goswell Road, Londres, EC1V 7EN, Royaume-Uni) est un Etablissement de Paiement Agréé, autorisé par l’autorité britannique FCA (Financial Conduct Authority).