Les virements ou les prélèvement bancaires pour votre activité B2B ?

En France, une part importante des transactions B2B sont effectuées par virement bancaire, mais serait-ce le bon moment pour les entreprises connaissant une forte croissance de délaisser ce mode de paiement ?


Le paysage des moyens de paiement utilisés par les consommateurs français laisse la part belle, et l’on ne s’en étonnera peut-être pas, aux cartes bancaires. En parallèle, prélèvements et portefeuilles numériques enregistrent également une croissance soutenue.

Du côté du B2B en revanche, le paysage des moyens de paiement devient quelque peu obsolète. En France, la plupart des paiements B2B sont encore effectués par virement bancaire.

Pourquoi les entreprises misent-elles toujours autant sur les virements, alors même que le marché des consommateurs prend une toute autre direction ?

Cet article fait état des avantages et inconvénients de cette méthode de paiement prédominante dans le secteur du B2B et vous informe des alternatives possibles qui s’offrent à l’entreprise moderne.

Le virement bancaire : avantages

Les deux raisons principales qui poussent la plupart des entreprises à avoir recours au virement bancaire pour collecter les paiements sont les suivantes :

  • L’absence de frais de transaction sur les virements domestiques et européens (des frais peuvent s’appliquer hors union européenne)
  • Le taux d’échec limité de ces paiements

L’absence de frais de transaction (sur les paiements domestiques et européens) participe à une importante réduction des coûts. Selon les sommes engagées, une comparaison sur le long terme avec les paiements par carte bancaire (également exempts de frais en zone Europe, mais assortis de frais de commissions de l’ordre 2 % hors Europe), donne clairement l’avantage aux virements.

De plus, le faible taux d’échec constitue un élément de motivation réel. Tout échec de paiement se traduit à la fois par une perte de revenus et par une augmentation des frais administratifs, car il faut ensuite corriger l’erreur. Ceci peut se révéler particulièrement perturbant pour les entreprises qui fonctionnent avec une faible marge bénéficiaire.

Sachez d’ailleurs que les paiements par carte se soldent par un échec dans plus de 5 % des cas.

Si les avantages des virements sont évidents, on ne peut pas forcément en dire autant des inconvénients. Les virements bancaires connaissent aussi leur lot de problèmes, dont certains ont même des répercussions à long terme sur l’entreprise.

Quand les virements bancaires vous jouent des tours

Limites de paiement push

Le virement bancaire est une méthode de paiement « push » et c’est là son plus grand problème, puisque le paiement doit être initié par le payeur. Ainsi l’entreprise collectrice n’a aucun contrôle sur le processus de paiement.

Les paiements « push » tels les virements bancaires contribuent à l’allongement des délais de paiement et au vieillissement des créances, car les clients oublient inévitablement de payer (ou omettent délibérément de payer). À titre d’exemple, AutoTask, l’un des clients de GoCardless, enregistre des délais de paiement 3,5 fois plus importants lorsque ses clients utilisent une méthode de paiement « push » par opposition à un paiement « pull » (voir plus bas pour en savoir plus sur les paiements « pull ».)

Une expérience client loin d’être idéale

Dans le cadre des virements bancaires, l’un des moyens qui s’offrent à vous pour tenter de récupérer les sommes dues consiste à engager une conversation délicate avec votre débiteur. Outre les problèmes de trésorerie générés par une absence de paiement, relancer continuellement votre client pour qu’il vous paie peut entacher sérieusement vos relations.

Intervention manuelle forcée et lourdeur administrative

S’ajoute à cela la corvée des réconciliations manuelles, nécessaires pour vérifier que tous les paiements escomptés ont bien eu lieu, que les montants sont corrects et que les versements ont été effectués dans les délais. Ces tâches peuvent s’avérer très chronophages, et très lourdes administrativement parlant.

L’équipe Propel by Deloitte est parvenue à réduire le temps consacré aux tâches administratives à hauteur de 15 heures par mois, et cela en faisant simplement le choix de ne plus tout miser sur les virements bancaires. Une telle décision permet parfois d’alléger les tâches administratives au point de décharger totalement certains membres du personnel qui peuvent alors se concentrer sur des activités à plus forte valeur ajoutée pour l’entreprise.

De plus, les virements, comme toute autre méthode de paiement génèrent encore des échecs de paiement, même si ce n’est qu’en très faible proportion. L’absence de notification au moment de la transaction pose également problème. En effet, il faut par la suite, au moment de la réconciliation des transactions de fin de mois, identifier manuellement l’échec de paiement.

Manque de protection

Enfin, le payeur ne bénéficie d’aucune protection. En effet, une fois le paiement effectué, il est irrévocable. Ainsi un client qui donne un ordre de virement à destination du mauvais compte n’a aucune garantie quant au remboursement de la somme versée.

Comment remplacer le virement bancaire avec succès ?

Comme vous le savez, même si le virement bancaire offre quelques avantages, il a aussi ses limites et peut être un véritable casse-tête pour votre entreprise, votre équipe et vos clients, surtout si votre activité commence à se développer. Si vous essayez de suivre le rythme, ce qui n’était auparavant qu’un casse-tête gênant deviendra rapidement un frein qui paralyse vos opérations.

Mais comment remplacer le virement bancaire ? Les cartes bancaires connaissent des taux d’échec élevés et les espèces ou les chèques offrent encore moins de visibilité et de protection.

Une autre option serait le prélèvement automatique. Ce mode de paiement enregistre des taux d’échec très faibles et, bien que des frais seront à prévoir si le prélèvement est géré par un prestataire, ceux-ci seront bien moins élevés que les frais de cartes bancaires (généralement autour de 1 % pour le prélèvement automatique).

Le prélèvement automatique constitue la forme de paiement privilégiée par l’ensemble du secteur de l’énergie en France ; c’est un mode de paiement fiable. Il n’y a donc aucune raison que cela ne fonctionne pas pour les entreprises.

Le prélèvement automatique offre également de nombreux autres avantages par rapport au virement bancaire.

Du paiement « push » au paiement « pull »

Le virement bancaire est un mode de paiement « push » : le client doit autoriser activement le paiement à chaque occurrence et l’entreprise ne peut donc pas contrôler avec précision le moment où les fonds arrivent sur son compte. Le prélèvement automatique, en revanche, est un mode de paiement « pull ». Cela signifie que, suite à un accord préalable, le client autorise l’entreprise à prélever des paiements directement auprès de sa banque, de façon ponctuelle ou récurrente, avec davantage de flexibilité.

Duncan, vice-président Produit chez GoCardless, s’est demandé pourquoi l’évolution du monde professionnel crée encore plus d’opportunités de développement d’un mode de paiement de type « pull ».

Preuve des bienfaits du passage à un paiement « pull », L214, association de défense des animaux utilisés dans la production alimentaire a constaté que 80% des dons mensuels par prélèvement bancaire sont encore actifs après un an, contrairement à la carte bancaire : 80% des dons mensuels par carte bancaire ont une durée de vie inférieure à un an 80% des dons mensuels par prélèvement bancaire sont encore actifs après un an, contrairement à la carte bancaire : 80% des dons mensuels par carte bancaire ont une durée de vie inférieure à un an.

Visibilité totale

Le manque de visibilité est un problème majeur pour toute entreprise qui souhaite créer et gérer une source de revenus fiable. Sans visibilité, il est tout simplement impossible de mesurer l’efficacité de l’encaissement des paiements sans une gestion administrative permanente (et donc susceptible d’erreurs humaines).

Le système de prélèvement automatique offre des indicateurs détaillés sur différents aspects du paiement, selon le prestataire.

Avec GoCardless, par exemple, vous pouvez visualiser :

  • Chaque paiement reçu et son montant
  • Le montant total de vos paiements chaque mois
  • Les échecs ou annulations de paiement
  • Les raisons d’un échec de paiement

En outre, pouvoir visualiser quels paiements ont échoué et pour quelles raisons vous permet de réessayer immédiatement d’effectuer le paiement afin de réduire le pourcentage total des paiements rejetés encore impayés.

Cette visibilité facilite grandement le rapprochement grâce aux solutions intégrées de nos partenaires.

Terminé, les discussions pénibles !

L’automatisation d’un mode de paiement de type « pull », ajoutée à la meilleure visibilité et à la possibilité de réessayer un paiement, limite le besoin d’avoir une discussion désagréable avec vos clients pour vous faire payer. Retirer au client la responsabilité d’avoir à se souvenir du paiement permet de bénéficier d’une expérience beaucoup plus optimisée.

« GoCardless permet d’éviter ces conversations pénibles avec les clients, on gagne du temps et cela favorise évidemment le flux de trésorerie. C’est un avantage considérable ! » Saija Mahon, fondatrice et directrice générale de Mahon Digital

Passez au prélèvement automatique

Si vous pensez que le virement bancaire n’est plus la solution adaptée pour votre entreprise au vu de son développement, et si vous estimez que le prélèvement automatique peut être le mode de paiement qu’il vous faut, pourquoi ne pas en discuter avec un spécialiste du prélèvement automatique chez GoCardless ?

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Merci de réessayer.

Merci, un membre de l'équipe GoCardless vous contactera sous peu.

Les derniers conseils de nos experts

5 raisons d'intégrer une solution de paiement dans votre logiciel de facturation

Gérez-vous vos paiements depuis votre logiciel de facturation ou de ventes existant ? Si non, voici 5 raisons de vous y mettre sans attendre.

PME : 5 conseils pour se faire payer à temps et ne plus perdre du temps sur vos encaissements

Envoyer des factures, encaisser des paiements, rapprocher les écritures… autant de tâches chronophages qui coûtent 140 jours par an aux PME françaises. Découvrez 5 conseils pour optimiser vos encaissements.

Moyens de paiement B2B : Quelle solution pour être payé à temps ?

Les paiements B2B sont enlisés dans le passé. Gérés selon des processus fastidieux, ils présentent de nombreux problèmes, comme des taux d’échecs de paiement élevés et un suivi administratif chronophage. Mais à quel avenir sont-ils promis ?

Voir tous les conseils


Notre guide SEPA

explications détaillées du prélèvement automatique

Notre guide Cash Flow Academy

guide complet pour améliorer sa trésorerie