Skip to content
Go to GoCardless homepage
Tarifs
ConnexionS'inscrire

Intermédiation et désintermédiation financière

Lorsque l’on est entrepreneur, on a parfois besoin de fonds provenant de l’extérieur. L’un des moyens les plus courants pour y parvenir est de faire appel à l’intermédiation financière, c’est-à-dire de demander à une personne ou une organisation tierce de s’occuper de la recherche de fonds auprès de détenteurs de capitaux.

Dans cet article, nous allons définir plus en profondeur cette notion, expliquer le rôle de l’intermédiaire financier et expliquer la différence entre intermédiation et désintermédiation financière.

Intermédiation financière : qu’est-ce que c’est ?

L’INSEE, l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques, définit l’intermédiation financière comme suit : « L’activité d’intermédiation financière consiste à acheminer des fonds entre des tierces parties dont l’une dispose de moyens excédentaires et l’autre est à la recherche de fonds. »

En d’autres termes, il s’agit pour une entreprise de faire appel à un établissement faisant office d’intermédiaire financier afin d’obtenir les capitaux dont elle a besoin.

Par définition, l’intermédiation financière s’oppose aux méthodes de levée de fonds directes, comme le financement participatif ou le recours aux business angels. Dans ces cas-là, l’entreprise s’adresse directement aux investisseurs, en essayant de les convaincre du bien-fondé de sa demande en capitaux.

En situation d’intermédiation financière, la responsabilité de la recherche de capitaux est donc confiée à une organisation extérieure à l’entreprise.

Qui sont les intermédiaires financiers ?

L’intermédiaire financier est un professionnel qui met en relation les entreprises et les investisseurs pour trouver des fonds, et qui gère les titres et actions appartenant à des tiers.

Les intermédiaires ont aussi pour rôle d’informer sur les risques encourus lors d’investissements, sur les caractéristiques principales de ces derniers, et sur la rémunération qu’ils s’octroient. Ils ont, selon le code financier, l’obligation de conseil et d’information.

L’objectif des intermédiaires financiers doit être, en somme, de trouver le placement idéal pour un investisseur, compte tenu de ces moyens, de son horizon de retour sur investissement, et de ses souhaits.

Les banques, les courtiers (en ligne ou non) et les entreprises d’investissement sont donc des intermédiaires financiers.

Il se divisent en plusieurs catégories :

  • les démarcheurs : ils se déplacent physiquement au domicile ou sur le lieu de travail des investisseurs potentiels. Ils doivent présenter une carte de démarchage.

  • les prestataires de service d’investissement : contrôlés par l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), ces intermédiaires, qui peuvent être des fournisseurs de crédits ou des entreprises d’investissement, proposent des services qui accompagnent l’investissement, comme la gestion des portefeuilles par exemple.

  • les conseillers en investissement financier : comme leur nom l’indique, ils sont avant tout là pour conseiller leurs clients, que ce soit sur les investissements eux-mêmes, autant que sur les moyens d’y parvenir. Ils doivent être agréés par l’Autorité des marchés financiers.

La désintermédiation financière

Il semble important d’introduire, lorsque l’on parle d’intermédiation, le concept opposé mais complémentaire de désintermédiation financière. En effet, dans une économie de plus en plus dématérialisée, et sur des marchés en perpétuelle évolution, il semble que cette façon d’investir soit de plus en plus en vogue.

Alors, qu’est-ce-que la désintermédiation financière ? Dans la zone Euro, l’investissement dans les entreprises est financé à hauteur de 70% par les prêts bancaires, et à 30% par les marchés financiers. C’est cette deuxième partie que l’on appelle la désintermédiation financière.

Il s’agit pour les entreprises de passer d’une économie de dettes à une économie basée sur les marchés, les libérant ainsi du monopole des établissements financiers. Les entreprises sont donc directement en contact avec les détenteurs de capitaux, dans un jeu de séduction permanent.

Il s’agit pour bon nombre d’entreprises de ne faire appel aux banques que pour assurer les transactions, sur lesquelles ces dernières vont se rémunérer, plutôt que de devoir payer des intérêts en quantité. En se désolidarisant des banques, les entreprises sont aussi moins soumises aux crises successives qui touchent le secteur bancaire.

GoCardless simplifie la collecte de paiements récurrents

S'inscrireNous contacter

Automatisez la collecte de vos paiements avec GoCardless

En savoir plus

Nous contacter

Equipe commerciale

Equipe support

Carrière

Devenir partenaire

Vous avez vu “PRV SEPA” sur votre relevé bancaire ? Cliquez ici.

GoCardless SAS, 23-25 Avenue Mac-Mahon, Paris, 75017, France

GoCardless SAS, filiale de GoCardless Ltd, est un Etablissement de Paiement agréé par l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Régulation), Code Interbancaire (CIB) 17118 et habilité à prélever des paiements à travers l’Union Européenne. GoCardless Ltd. (Sutton Yard, 65 Goswell Road, Londres, EC1V 7EN, Royaume-Uni) est un Etablissement de Paiement Agréé, autorisé par l’autorité britannique FCA (Financial Conduct Authority).