Skip to content
Go to GoCardless homepage
Tarifs
ConnexionS'inscrire

L’optimisation de la gestion des stocks

Quel est le sens précis du terme « stock » ? Dans le monde de l’entreprise, le terme stock désigne une partie du patrimoine de l’entreprise, partie qui se compose de biens acquis et destinés à la vente, de matières premières destinées à la fabrication, de produits fabriqués ou en cours de fabrication et enfin, d’articles défectueux voués à la réparation. Tous ces éléments doivent être stockés de façon optimale pour assurer la sécurité des salariés, la préservation des produits et le meilleur usage possible de l’espace disponible.

Quant à la gestion des stocks, elle doit permettre :

de satisfaire les demandes de la clientèle. L’entreprise doit donc disposer d’un stock suffisant pour répondre aux commandes de sa clientèle et respecter les délais de livraison.

d’optimiser les coûts. En effet, le stockage coûte cher, car il faut acquérir les marchandises, puis assurer leur conservation. Il faut également prendre en compte une possible dévalorisation en cas de détérioration ou de casse, de vieillissement.

d’optimiser l’espace. La logistique doit permettre de faire entrer et sortir les stocks de façon rationnelle et rapide, dans de bonnes conditions de sécurité. Il convient donc d’optimiser l’espace et les rangements, pour une préparation facilitée et rapide des commandes et aussi, bien sûr, pour éviter accidents de travail et arrêts maladie.

En résumé, une bonne gestion des stocks permettra de limiter les coûts, d’éviter les ruptures, d’éviter les ruptures, le surstockage, le sous-stockage et les accidents.

Sous-stockage et surstockage.

Sous-stockage. Avec un stock trop faible, l'entreprise risque de se retrouver en rupture de stock, et donc en situation où elle est incapable de vendre. D’autre part, un stock trop faible peut désorganiser de façon dangereuse l’ensemble de la chaîne de production.

Surstockage. Avec un stock trop pléthorique, l’augmentation des charges est prévisible, en raison par exemple des frais d’installation d’espaces de stockage supplémentaires, d’un personnel trop nombreux, d’un coût d’assurance à revoir également à la hausse… On assistera à une augmentation du besoin en fonds de roulement avec des besoins de financements élevés et des marges de manœuvre financières limitées. Il faut également comprendre qu’un stock trop important est synonyme d’immobilisation de capitaux, et donc d’une perte d’opportunité pour l’entreprise. Citons également le risque d'obsolescence pouvant concerner certains types de produits stockés.

Les méthodes de réapprovisionnement.

La gestion des stocks doit commencer au moment des achats. Les entreprises ont le choix entre plusieurs méthodes :

  • méthode de réapprovisionnement à date variable et quantités fixes, ou « méthode du point de commande ». Dans ce cas, on détermine un niveau de stock minimum ; une fois qu’il est atteint, l’entreprise se réapprovisionne. C’est une bonne méthode pour les produits onéreux, fragiles, périssables ou encombrants.

  • méthode de réapprovisionnement à date fixe et quantités variables, ou « méthode de recomplètement ». L’entreprise analyse son stock restant et commande pour le remonter au niveau maximum de stock qu’elle a défini. Cette méthode convient aux produits coûteux, périssables ou encombrant, dont la consommation est régulière.

  • méthode de réapprovisionnement à date et quantités fixes, ou « méthode calendaire ». Cette méthode qui convient aux produits à la consommation constante et régulière.

  • méthode de réapprovisionnement à date et quantités variables. Les commandes se font exclusivement sur besoin. Les quantités commandées résultent d’une estimation des besoins à court terme.

Gestion des sorties de stocks.

Les méthodes peuvent varier en fonction du domaine d’activité et des besoins de l’entreprise.

  • Méthode FIFO (First In First Out/Premier entré, premier sorti). On prélève les produits du stock en procédant du plus ancien au plus récent. 

  • Méthode LIFO (Last In First Out/Dernier entré, premier sorti). Valable si les produits n’ont pas de DLC ou ne risquent pas de se détériorer.

  • Méthode FEFO (First Expired First Out/Premier expiré, premier sorti), surtout utilisée dans l’agroalimentaire, car les dates de DLC y sont d’une importance extrême. On fait donc sortir en premier le produit à la date d’expiration la plus proche.

Rotation des stocks et durée moyenne de stockage.

Il existe deux indicateurs permettant de mesurer la qualité de la gestion des stocks : le taux de rotation des stocks et la durée moyenne de stockage.

Grâce au taux de rotation, on peut évaluer le nombre de renouvellements complets du stock permettant d’atteindre un certain chiffre d’affaires sur une période spécifique. Une rotation des stocks à fréquence élevée indique en général une bonne gestion du stock, car son coût est minimisé en raison du renouvellement rapide.

Quant à la durée moyenne de stockage, elle indique la durée moyenne de stockage d’un article ou produit en nombre de jours. Cette durée doit être aussi courte que possible.

Découvrez comment GoCardless peut vous aider à simplifier la collecte de paiements récurrents

GoCardless simplifie la collecte de paiements récurrents

S'inscrireNous contacter

Automatisez la collecte de vos paiements avec GoCardless

En savoir plus