Skip to content
Go to GoCardless homepage
Tarifs
ConnexionS'inscrire

Que sont les paiements de compte à compte (Account-to-Account ou A2A)?

Que sont les paiements de compte à compte  (Account-to-Account ou A2A) ?

Les paiements de compte à compte (Account-to-Account ou A2A) consistent à déplacer de l’argent directement d’un compte à un autre, sans intermédiaire supplémentaire ou support de paiement, comme une carte. Les paiements de compte à compte existent depuis longtemps, mais historiquement, ils sont considérés comme des paiements spécifiques au compte bancaire, par exemple lorsqu’un utilisateur paie une facture par virement ou prélèvement. Toutefois, les paiements de compte à compte peuvent être utilisés pour tous les paiements directs de comptes, y compris des comptes bancaires, des ERP et des portefeuilles électroniques. 

Types de paiements de compte à compte

Il en existe deux.

  1. Les paiements Push : Ce type de paiement est généralement utilisé pour transférer des sommes ponctuellement, car les clients doivent envoyer manuellement l’argent vers votre compte. Par exemple, c’est le cas du virement bancaire ou du paiement instantané (comme l’Instant Bank Pay de GoCardless). Les API peuvent également être utilisées pour déclencher des paiements Push en envoyant des notifications ou des invitations à l’action au client.

  2. Les paiements Pull : Il s’agit des paiements où les entreprises prélèvent l’argent sur le compte des clients. Ce type de paiement est souvent utilisé par les entreprises avec des modèles de paiements récurrents, tels que les abonnements, et requiert le consentement préalable du client. Le mandat de prélèvement automatique est un bon exemple.

Alors, pourquoi parle-t-on de plus en plus des paiements de compte à compte et, surtout, en quoi sommes-nous concernés ? À la suite d’investissements réalisés dans des plateformes de paiement, nouvelles et existantes, de l’essor de l’open banking et d’une évolution du comportement des clients après la pandémie de Covid-19, on constate une résurgence récente des paiements de compte à compte. Ils ont désormais le potentiel de succéder aux paiements par carte comme moyen de paiement préféré des entreprises et des particuliers. 

Les rails de paiement de compte à compte 

Les rails de paiement sont des réseaux permettant le mouvement de fonds d’un compte à un autre. En d’autres termes, ils tracent une voie invisible que suivent les paiements de compte à compte. Il n’existe pas un seul rail de paiement, global et standardisé. Les pays sont responsables de la configuration de leurs propres rails de paiements nationaux. 

Au cours des dix dernières années, plus de 80 % des banques centrales ont investi dans les rails de paiement, bâtissant de nouveaux réseaux et améliorant les anciens. Certains pays, comme le Brésil et l’Australie, ont mis au point une sandbox réglementaire pour encourager les établissements financiers à créer des idées innovantes pouvant favoriser le développement de leurs rails de paiement.

Pourquoi les banques centrales investissent-elles dans les rails de paiement ?

  • Concurrence : nous vivons dans la société du tout numérique. Pour être compétitifs et suivre le rythme des technologies émergentes et des attentes en matière de paiement, les États doivent investir dans leurs infrastructures de paiement.

  • Paiements en temps réel : sans des options de paiement en temps réel, les entreprises risquent de prendre plusieurs jours pour remarquer un échec de paiement. Cela pourrait avoir de nombreuses conséquences négatives, comme un retard du rapprochement, des créances et même un churn client plus élevé.

  • Réduction de la fraude : la fraude à la carte de paiement cause plus de  24 milliards de dollars de pertes par an et ce chiffre ne peut qu’augmenter, sauf si de nouvelles options de paiement plus sécurisées sont créées. 

Exemple de développement de rails de paiement à travers le monde

Pays-Bas

Au Pays-Bas, iDEAL, un système de paiement en ligne populaire, assure 65 % des paiements d’e-commerce du pays. iDEAL existe depuis 2005, mais sa popularité a vraiment décollé après l’introduction du virement SEPA (ou virement SCT) en 2019, qui a permis les paiements en temps réel. Selon les prévisions, iDEAL devrait détenir 72 % des parts de marché en 2022, ce qui n’est pas surprenant lorsque l’on sait que l’adoption des paiements en temps réel aux Pays-Bas a augmenté de 125 % en un an en 2020, près d’un tiers de la population utilisant également de manière active les portefeuilles électroniques.

Mexique

Le rail de paiement du Mexique s’appelle SPEI (Sistema de Pagos Electrónicos Interbancarios). Il est détenu et géré par la banque centrale mexicaine, Banco de México. Malgré la jeunesse de la population mexicaine et le fait que 80 % de la population soit considérée comme urbaine, de nombreuses personnes paient toujours en espèces. Ceci s’explique sans doute par la corruption et la fraude qui ont cours dans le pays. Banco de México a travaillé dur pour éloigner les gens des transactions uniquement en espèces. Après des années de test et l’essai d’un prototype, elle a lancé un système de paiements par code QR à grande échelle. CoDi, le diminutif de Plataforma de Cobros Digitales, est un code QR présenté au vendeur et créé par des systèmes sur le point de vente, qui relient directement les codes QR au SPEI afin d’utiliser une fonctionnalité de paiement en temps réel. Si un consommateur n’a pas de compte, il peut ouvrir un compte « basique », ne nécessitant que des informations de base.

Allemagne

Grâce à Giropay, l’Allemagne est considérée comme l’un des marchés européens les plus générateurs de croissance. Giropay est basé sur les échanges bancaires en ligne. Il permet les paiements immédiats et les virements sur les marchés allemands. Auparavant, 16 % de toutes les transactions en ligne en Allemagne étaient traitées par Giropay, mais après une fusion récente avec paydirekt, il devrait augmenter sa part de marché.

L’Allemagne a été l’un des premiers pays à adopter le virement SCT, en lançant une fonctionnalité de paiement en temps réel en 2017. Même si les virements dématérialisés sont le moyen de paiement le plus répandu, le paiement en temps réel n’a fait que gagner en popularité depuis. En 2020, les paiements en temps réel représentaient 1,8 % des 818 millions de transactions, un chiffre qui devrait atteindre 6,9 % d’ici 2025. 

Australie 

Lancée par la Banque de Réserve d’Australie en 2018, la New Payments Platform (NPP) est l’infrastructure de paiement la plus innovante du pays. La NPP autorise les paiements en temps réel entre les banques australiennes participantes et permet aux consommateurs de transférer des fonds en reliant des comptes bancaires à des données personnelles via son système PayID. L’impact de la NPP sur les comportements de paiement est notable. Les clients utilisent ce système au moins une fois par semaine et les paiements en temps réel ont augmenté de 130 %.

Alors qu’elle n’a été lancée qu’il y a quelques années, la NPP a développé PayTo, auparavant appelé Mandated Payments Services (MPS). PayTo permet aux clients de pré-autoriser des tiers à initier des paiements depuis leur compte via la NPP.

L’open banking et les paiements de compte à compte

Par le passé, les paiements de compte à compte étaient à la peine par rapport aux autres moyens de paiement. Les virements bancaires manuels nécessitaient que les payeurs se connectent à leur compte bancaire chaque fois qu’ils souhaitaient effectuer un paiement. Pour les paiements récurrents, il fallait souvent remplir un long formulaire d’autorisation, parfois au format papier, comme les chèques manuscrits émis pour la première fois par la Banque d’Angleterre en 1717 ou les mandats de prélèvement bancaire traditionnels, qui étaient à l’origine basés sur le papier, lors de leur création en 1964. L’expérience utilisateur était également incohérente lors du premier paiement, par exemple, lorsqu’un client voulait s’abonner à un nouveau service et devait effectuer un paiement unique avant le premier des prélèvements. Globalement, ces paiements n’offraient pas d’avantage important par rapport aux cartes, du point de vue des consommateurs. Par conséquent, les entreprises devaient accepter des frais de traitement élevés pour les cartes et des délais de rapprochement rallongés.

L’open banking a donc remis les paiements de compte à compte au goût du jour en leur apportant un dynamisme nouveau et, surtout, une nouvelle technologie.

Qu’est-ce que l’open banking ?

L’open banking est le processus d’ouverture des données par les banques et les établissements financiers afin que n’importe qui ayant donné son accord puisse y accéder, les utiliser et les partager. L’idée qui sous-tend cette infrastructure bancaire modernisée est d’augmenter la concurrence et d’améliorer les services financiers pour les clients, en utilisant des données historiquement conservées en interne afin de créer des processus et procédures nouveaux et innovants. Résultat : les entreprises et les particuliers peuvent profiter d’outils financiers plus efficaces, de la possibilité d’automatiser les paiements et d’une meilleure visibilité sur leurs finances. 

Chaque pays a son propre organisme de régulation qui contribue à assurer la sécurité des données et une utilisation appropriée. Par exemple, à Singapour, l’open banking est géré par l’Autorité monétaire de Singapour et en Australie, par la Commission australienne de la concurrence et des consommateurs (Australian Competition and Consumer Commission, ou ACCC). Au Royaume-Uni, l’open banking (désigné sous le nom d’Open Banking) est géré par Open Banking Standard (OBS), un cadre publié par l’Open Banking Implementation Entity (OBIE), et réglementé par la Financial Conduct Authority (FCA).

Comment l’open banking a impacté les paiements de compte à compte

L’open banking utilise des API (interfaces de programmation d’applications) pour que des logiciels puissent échanger entre eux. Ces API peuvent faire le lien entre une banque et des fournisseurs tiers, permettant le transfert direct d’argent du compte du payeur vers le vendeur, toujours avec l’autorisation du payeur. Cela signifie que les paiements de compte à compte peuvent désormais être effectués au point d’achat à la place du paiement par carte. Ils offrent vitesse et facilité d’utilisation, sans avoir besoin de saisir beaucoup de données et sans intermédiaire ajoutant aux frais de transaction.

Les payeurs ont également la possibilité d’utiliser des portefeuilles électroniques pour les transactions du quotidien. Ceux-ci deviennent de plus en plus populaires en Europe, et on prévoit une augmentation des paiements réalisés via l’open banking au taux de croissance annuel composé (ou CAGR) de 78 % par an dans l’Union européenne.

Les avantages de l’adoption des paiements de compte à compte

Excellente expérience client

En associant les paiements de compte à compte à la technologie d’open banking, les entreprises peuvent désormais offrir à leurs clients une expérience fluide. Aucun intermédiaire n’est nécessaire et il est inutile de saisir plusieurs fois les données de la carte bancaire. Au lieu de cela, les API ont permis la mise en service d’une infrastructure financière qui accepte aussi bien les paiements instantanés ponctuels que les paiements récurrents, depuis un navigateur ou une application sur ordinateur ou mobile.  

Conformité à la SCA

En 2021, la SCA, ou authentification forte du client, a été mise en place. Il s’agit d’une nouvelle exigence réglementaire européenne conçue pour réduire la fraude dans les transactions en ligne de plus de 50 €. Les clients doivent désormais prouver leur identité en fournissant deux des trois éléments suivants :

  1. Connaissance : information que l’utilisateur connaît, comme un mot de passe ou un code

  2. Possession : données auxquelles l’utilisateur a accès, comme le téléphone associé au compte

  3. Caractéristique personnelle : élément qui caractérise l’utilisateur, comme une identification biométrique

Les paiements de compte à compte couplés à l’open banking répondent naturellement aux exigences de l’authentification à double facteur. Aussi, les entreprises qui les utilisent seront en conformité et plus susceptibles de réduire les fraudes et les pertes dues à la rétrofacturation, sans pour autant compromettre leur expérience de paiement.

Répondre à l’évolution des besoins des consommateurs

Les préférences des consommateurs sont fluides. Après la pandémie de Covid-19, on a constaté une accélération de l’abandon des moyens de paiement traditionnels. À la place, les consommateurs favorisent des alternatives plus pratiques et qui prennent moins de temps. L’OBIE révèle que plus de la moitié des Britanniques utilisent désormais des applications basées sur l’open banking de manière régulière. Une autre étude de GoCardless montre que le prélèvement bancaire est le moyen de paiement de choix pour le paiement des abonnements au Royaume-Uni, en France et en Allemagne.

Les consommateurs nous montrent qu’ils veulent payer plus rapidement, tout en gardant des moyens de paiement pratiques et sûrs. Les paiements par carte n’ont pas fait l’objet de progrès ou d’innovations comparables aux paiements de compte à compte. Par conséquent, les paiements par carte deviennent obsolètes et indésirables aux yeux des consommateurs. La Bank of America a indiqué récemment que la génération Z, dont les revenus représenteront plus d’un quart des revenus mondiaux en 2031, se montre prudente sur le plan financier et tourne le dos aux moyens de paiement qu’elle estime favoriser la dette, comme les cartes de crédit.

L’avenir des paiements de compte à compte

Nous ne sommes qu’au début des paiements de compte à compte. Toutefois le Rapport mondial sur les paiements de Worldpay prédit que d’ici 2023, ils représenteront 20 % de tous les paiements d’e-commerce en Europe, surpassant les paiements par carte. Ce n’est pas tout. La croissance des paiements de compte à compte ne se limitera pas aux marchés européens, car neuf personnes sur dix issues de la génération Z résident dans un marché émergent. Leur pouvoir d’achat influencera grandement les États qui souhaitent capitaliser sur les habitudes et les exigences de cette génération. 

GoCardless est un leader mondial dans le domaine des paiements de compte à compte. Nous facilitons l’encaissement des paiements ponctuels et récurrents directement depuis le compte bancaire des clients dans plus de 30 pays. À mesure que nous grandissons, nos fonctionnalités de paiement de compte à compte se développeront aussi, en s’appuyant sur nos fonctionnalités existantes comme Instant Bank Pay, Verified Mandates et Success+ afin de répondre aux besoins croissants dans le monde. 

GoCardless simplifie la collecte de paiements récurrents

S'inscrireNous contacter

Automatisez la collecte de vos paiements avec GoCardless

En savoir plus