Skip to content
Go to GoCardless homepage
Tarifs
ConnexionS'inscrire

Définition de l’expression « monnaie scripturale »

Rédigé par

Dernière modificationsept. 20212 min lues

Il faut tout d’abord préciser que les économistes distinguent deux grands types de monnaie. La monnaie fiduciaire d’une part, qui correspond aux pièces de monnaie et aux billets de banque. Les banques centrales détiennent le monopole de l’émission de cette monnaie. Et d’autre part, la monnaie scripturale.

La monnaie scripturale

C’est l’argent enregistré dans les comptes bancaires sous forme d’écriture. Cet argent peut à tout moment être transformé en monnaie fiduciaire, mais il peut tout aussi bien circuler d’un compte à un autre compte, et ainsi de suite, par de simples jeux d’écriture. De nos jours, la monnaie scripturale représente de 90 % des moyens de paiement. La monnaie scripturale est donc la somme d’argent déposée par les ménages et par les entreprises sur des comptes bancaires courants. Si l’on veut simplifier, on peut considérer que la monnaie scripturale peut se résumer aux simples écritures comptables utilisées par les établissements financiers. La monnaie scripturale est immatérielle par nature, mais elle peut toujours faire objet d’échange et se transformer en argent liquide, c’est-à-dire en monnaie fiduciaire.

Lorsqu’une personne ou une entreprise dépose sur son compte bancaire des liquidités, le montant déposé devient de l’argent virtuel, qui sera disponible sur un compte. La monnaie scripturale, pour être utilisée, aura besoin de moyens de support (chèques, lettres de change, virements, cartes bancaires…) qui permettent de garder l’argent immatériel. Autre exemple : si une personne vient déposer cinq-cents euros en billets de banque au guichet de sa banque, la banque ne va pas ranger ces billets dans un tiroir ou un coffre. Le client va en réalité échanger ses cinq-cents euros contre une reconnaissance de dette de la banque en sa faveur. Il recevra donc une écriture de crédit, et la balance de son compte en banque correspondra à la dette que la banque aura en sa faveur.

À l’inverse, lorsque cette personne voudra retirer de l’argent, c’est-à-dire se faire rembourser sa dette, au moins en partie, la banque devra se procurer la somme en espèces, en l’empruntant ou en l’achetant à un autre agent.

 La monnaie scripturale est donc une monnaie abstraite, et il faut donc disposer d’outils pour transférer, payer, faire des sorties d’agent… bref, pour l’utiliser. Ces outils sont les suivants :

  • les chèques, avec lesquels un détenteur de compte demande à sa banque d’effectuer le transfert d’une somme précise

  • les cartes bancaires, délivrées par ls banques ou les réseaux commerciaux, permettent les retraits, les paiements auprès des commerçants, et permettent aussi d’obtenir certains crédits

  • Les mandats

  • Les virements, pour effectuer une opération de transaction d’un compte à un autre

  • Les télépaiements, ce sont des moyens de paiement à distance fonctionnant avec le téléphone ou Internet

En France, c'est à la Banque de France qu’est confiée la mission de surveiller la sécurité des transactions par monnaie scripturale entre agents économiques.

La banque centrale joue un rôle essentiel dans le processus de création monétaire, car elle exerce une forte influence sur le niveau de crédits octroyés par les banques en modifiant les taux directeurs, et donc le taux de refinancement, auquel les banques commerciales empruntent auprès de la banque centrale. Avec ces ressources, les banques accorderont de nouveaux crédits aux agents économiques, et participeront donc à la création de monnaie scripturale.

Pour que ce système fonctionne de façon relativement harmonieuse, il est essentiel que les agents économiques aient confiance dans le système financier. Dans le cas inverse, on assiste alors à un phénomène de thésaurisation et l'argent disponible dans le système bancaire sera transformé en monnaie fiduciaire.

Pour exercer pleinement son rôle de sécurisation de la monnaie fiduciaire, la Banque de France surveille les différents instruments mentionnés plus haut, à l’exception des espèces. Cette protection s’applique également à des types différents de titres de paiement : chèques emploi service universel, versions électroniques de titres comme les titres restaurants, les chèques vacances et les chèques de culture.

Une croissance exponentielle

La monnaie scripturale a connu un développement prodigieux au cours des dernières décennies, et cela pour plusieurs raisons : interdiction du paiement de gros montants en espèces, apparition des chèques, des cartes bancaires, généralisations des paiements en ligne …Dans les années à venir, les moyens de paiement alternatifs vont se développer toujours plus, et la monnaie scripturale est presque assurée de détenir bientôt un quasi-monopole. Découvrez comment GoCardless peut vous aider vos paiements ad hoc ou récurrents

GoCardless simplifie la collecte de paiements récurrents

Gagnez du temps en automatisant vos paiements en toute sérénité.

S'inscrireEn savoir plus

Automatisez la collecte de vos paiements avec GoCardless

En savoir plus