Skip to content
Go to GoCardless homepage
Tarifs
ConnexionS'inscrire

Vendre en ligne gratuitement

Internet est devenu au 21ème siècle l’un des moyens les plus répandus pour faire du commerce. Des très grandes plateformes internationales aux petits détaillants, l’offre de produits à vendre et à acheter sur le web est pléthorique.

Aujourd’hui nous nous intéressons à ceux, entrepreneurs comme particuliers, qui souhaitent pouvoir vendre un produit sur Internet sans se ruiner, voire gratuitement.

Nous nous intéresserons tout d’abord aux outils à la disposition des particuliers pour vendre en ligne gratuitement, puis nous nous concentrerons sur les moyens dont disposent les professionnels pour faire de même. Nous verrons aussi l’incidence de telles ventes sur vos impôts, avant de terminer en définissant le concept de vente sans stock, un moyen de vente moderne qui permet de limiter les risques financiers pour l’entrepreneur.

Vendre en ligne gratuitement pour les particuliers

Selon une étude Médiamétrie, la France a compté en 2019 plus de 40 millions de cyber-acheteurs. C’est dire l’importance du e-commerce dans l’Hexagone.

Pour les vendeurs particuliers qui veulent leur part du gâteau, ou simplement pour les personnes qui désirent se séparer d’un bien, il existe de nombreuses façons de vendre ses objets, voire ses services.

La plus répandue d’entre elles est la petite annonce. À la base, la petite annonce se dépose dans un journal papier, à partir du début du 17ème siècle, pour proposer un bien (et plus tard un service) à la vente entre particuliers. Elle évolue doucement vers le web avec l’arrivée de plateformes comme leboncoin.fr, ou paruvendu.fr, parmi tant d’autres.

Un particulier qui souhaite vendre un bien rapidement et gratuitement peut donc se diriger vers ce genre de site. Souvent, la petite annonce est gratuite et l’on peut y ajouter jusqu’à trois photos. Au-delà, ou pour certains produits, l’annonce devient payante, mais à moindre frais. L’avantage de la petite annonce, c’est sa simplicité. La rédiger et la poster ne prend que quelques minutes, et pas besoin d’être un as en informatique.

Depuis quelques temps déjà, les réseaux sociaux permettent aussi de déposer des petites annonces, comme le Marketplace de Facebook par exemple. Le Gafa a ici bien flairé le filon, puisque la demande était très présente. Néanmoins, il semble que les utilisateurs préfèrent pour l’instant les plateformes classiques de petites annonces, tout du moins en France.

Vendre en ligne pour les professionnels

Les professionnels de la vente en ligne, petits ou grands entrepreneurs, peuvent bien sûr utiliser les plateformes citées plus haut. Souvent, ils devront préciser qu’il s’agit d’annonces d’entreprise, et non de particuliers.

De plus, il existe de nombreuses plateformes spécialisées pour aider les petites entreprises à se lancer dans la vente en ligne. Nous ne nous étendrons pas ici sur les très grandes plateformes internationales de vente en ligne, comme Ebay, Amazon, ou Ali Express, car il semble peu probable que vous ayez besoin d’une présentation les concernant.

Nous préférons ici vous présenter des plateformes moins connues, telles que Mozello, ou PrestaShop.

La première vous permet de vendre cinq produits gratuitement, tout en accédant à 500mo de stockage. Pour plus de produits, plus de stockage, et nombre de fonctions supplémentaires, vous devrez vous inscrire à la version payante, entre 6 et 12 euros.

La seconde n’est pas une plateforme, mais un logiciel open source qui vous permet de créer directement votre propre site internet. Cette solution très complète vous permet d’avoir un nom de domaine gratuit ou, pour environ 300 euros, de vendre sur le marketplace d’Amazon. Il est également possible d’y associer un paiement type PayPal très facilement.

Vente en ligne : quels revenus déclarer aux impôts ?

Cette partie de l’article fait le lien, et la différence, entre particuliers et professionnels lorsqu’il s’agit de vente en ligne.

Nous pouvons considérer qu’un vendeur se professionnalise lorsqu’il doit commencer à payer des impôts sur les marchandises qu’il vend.

Selon le site du Ministère des Finances, une personne qui vend des objets dont elle ne se sert plus n’est pas imposable, et ne peut donc être considérée comme professionnelle. C’est-à-dire que si vous vendez votre voiture, votre collection de CDs, ou vos vêtements usagés, vous n’avez pas d’impôts à payer.

Deux cas particuliers néanmoins : si vous vendez pour plus de 5000 euros d’objets d’art, de métaux précieux ou de bijoux, vous serez imposable, soit dans le cadre de la taxe forfaitaire concernant les objets précieux (imprimé 2091), soit sous le régime d’imposition des plus-values de cession de biens meubles (imprimé 2092).

A contrario, si vous achetez des biens pour les revendre, ou que vous vendez vos marchandises en tant que professionnel, vous devenez imposable. Vous aurez alors le choix entre le statut d’auto-entrepreneur ou le régime « réel », qui concerne les entreprises soumises à l’impôt sur le revenu ou à l'impôt sur les sociétés.

Il est le régime par défaut des entreprises dont le chiffre d’affaires hors taxes est supérieur à 789 000 € pour les entreprises de vente et de fourniture de logement, ou 238 000 € pour les activités de prestations de services.

Vendre en ligne sans stock

Un article sur la vente en ligne ne serait pas complet sans introduire la notion de vente sans stock. Il s’agit d’une méthode à moindre risque, pour les personnes qui se lancent ou qui ont un travail salarié en complément. La vente sans stock, ou dropshipping, est assez simple. Vous négociez avec un fournisseur et, à chaque vente que vous effectuez, le fournisseur ne vous envoie que les produits nécessaires, sans surplus.

Cela représente plusieurs avantages : les risques financiers sont moindres puisqu’une avance de fonds pour faire les stocks n’est plus nécessaire, mais également un gain de place, et donc de loyer, puisque vous n’avez pas besoin de stocker vos produits.

À l’inverse, il vous faudra gérer vos marges très finement avec vos fournisseurs, puisqu’il sera plus difficile de dégager du bénéfice et de négocier en commandant des petites quantités plutôt que des gros stocks.

GoCardless simplifie la collecte de paiements récurrents

S'inscrireNous contacter

Automatisez la collecte de vos paiements avec GoCardless

En savoir plus

Nous contacter

Equipe commerciale

Equipe support

Carrière

Devenir partenaire

Vous avez vu “PRV SEPA” sur votre relevé bancaire ? Cliquez ici.

GoCardless SAS, 16-18 rue de Londres, 75009 Paris

GoCardless SAS, filiale de GoCardless Ltd, est un Etablissement de Paiement agréé par l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Régulation), Code Interbancaire (CIB) 17118 et habilité à prélever des paiements à travers l’Union Européenne. GoCardless Ltd. (Sutton Yard, 65 Goswell Road, Londres, EC1V 7EN, Royaume-Uni) est un Etablissement de Paiement Agréé, autorisé par l’autorité britannique FCA (Financial Conduct Authority).