Skip to content
Go to GoCardless homepage
Tarifs
ConnexionS'inscrire

Comment peut-on sécuriser les paiements entre particuliers ?

De nombreuses transactions ont lieu chaque jour, différents types de paiements sont utilisés, et il arrive que les acheteurs ou vendeurs soient l’objets de d’arnaques ou d’escroqueries. Lorsque l’on ignore tout de son interlocuteur, il difficile de faire totalement confiance. La question du paiement sécurisé entre particuliers est donc pleinement d’actualité.

Le type de paiement dépend du type de transaction

Selon le type d’achat ou de vente, le moyen de paiement le plus sûr n’est pas toujours le même. Il faut tenir compte du lieu de la transaction, de sa nature et bien sûr de son montant.

Le montant de la transaction

Pour de faibles sommes, on préfère souvent un paiement en espèces. Pour ces petites transactions mieux vaut en tout cas refuser les solutions de type mandat cash, Western Union ou mandat postal, car elles favorisent souvent des pratiques malhonnêtes.

En revanche, le paiement en espèces est déconseillé pour les sommes plus importantes. Les faux billets existent bel et bien, il ne faut pas l’oublier ! Rappelons que pour le second semestre de 2016, la Banque centrale européenne avait retiré de la circulation plus de 350 000 faux billets.

Ce danger existe aussi pour les montants plus modestes, car les faux billets ne sont pas forcément des grosses coupures, mais souvent des billets plus modestes.

Quant au virement bancaire, son principal défaut, c’est le délai entre le versement et le moment où le bénéficiaire reçoit effectivement son argent. C’est donc un risque important pour l’acheteur, et un inconvénient réel pour le vendeur, qui doit attendre trop longtemps son règlement.

Pour ce qui est du chèque, cela peut être une solution, mais mieux vaut se fier au chèque de banque. Dans ce cas, la banque vérifie que les fonds sont présents sur le compte et les bloquent jusqu’à l’encaissement par le bénéficiaire. Mais là encore, il existe des fraudeurs qui utilisent de faux chèques de banque. Mieux vaut donc s’adresser à l’agence de la banque pour vérifier que le chèque est authentique.

Enfin, la solution de type PayPal est assez pratique à utiliser, mais elle n’est pas adaptée aux ventes en main propre.

Mais nous passerons en revue ces différents types de paiement de façon plus détaillée.

Les petites annonces et les plateformes de commerce Internet

Les sites de petites annonces ne sont qu’un support de publication, et rien de plus, car ils n’offrent pas de protection spécifique aux utilisateurs. L’acheteur doit donc lui-même se faire son opinion quant à l’honnêteté du vendeur et la valeur du bien.

Les plateformes offrent pour leur part un cadre plus sérieux, et elles prennent en charge le déroulement de la transaction.

Le cas particulier de l’automobile

Dans le cas d’une transaction entre particuliers, mieux vaut ne pas accepter un paiement par virement bancaire. Il est en effet possible que des chèques volés aient été déposés sur le compte d’où proviendrait le virement, et plusieurs jours après la transaction, la banque, informée de la fraude, pourrait demander au vendeur rembourser la somme encaissée. Le vendeur ne disposera alors d’aucun moyen de réagir, et ce type de fraude est relativement fréquent.

Pour les règlements par chèque, répétons-le, il ne faut accepter que des paiements par chèque de banque.

La solution Paypal : pour l’achat d’un véhicule, l’acheteur ne paiera pas de frais s’il utilise PayPal, mais le vendeur ne s’en tirera pas à si bon compte, et les frais de transaction s’élèveront à 0,25€ + 3,4 % du montant perçu, ce qui est assez dissuasif. La sécurité de la transaction posera également problème : les vendeurs sont protégés uniquement si la transaction concerne un bien dont l’expédition peut être prouvé avec des justificatifs des services postaux, ce qui exclut bien entendu les véhicules.

Le paiement en espèces

En ce qui concerne la règlementation, il n’existe aucun plafond de montant pour le paiement en espèces des transactions entre particuliers, même si un écrit est obligatoire pour les sommes supérieures à 1 500 euros. Cet écrit permet de garder une trace de la transaction, et pourra servir en cas de litige.

Attention au paiement partiel en liquide : parfois, un vendeur propose à l’acheteur de régler une partie du montant en liquide, en échange d’une baisse du prix. Dans ce cas, l’acheteur doit absolument garder une preuve écrite de ce paiement.

Le risque d'extorsion de fonds : payer en espèces, c’est dans certains cas prendre risque d’une extorsion. Sur le lieu de rendez-vous, l’acheteur sera pris à partie et délesté de son argent. Cela arrive assez souvent et les agressions peuvent être violentes.

Le virement bancaire

Comme nous l’avons vu en ce qui concerne les transactions portant les automobiles, l’inconvénient du virement bancaire, c’est qu’il n’est pas instantané. Les banques appliquent en effet des délais de virement de 24 à 48h ouvrées.

D’autre part, le virement bancaire n’échappe pas aux tentatives d’escroquerie, souvent liées aux chèques volés, falsifiés ou sans provision. Autre risque : l’usurpation d’identité. Par exemple, un acheteur demande un RIB avec une photocopie de pièce d’identité au vendeur. Parfois, l’acheteur est un escroc qui veut récupérer ces documents pour les utiliser de manière frauduleuse.

Le virement instantané

C’est la Banque Centrale Européenne (BCE) qui a mis en place le virement bancaire instantané, ou virement SEPA instantané, dont le plafond est de 15 000 euros. Le grand avantage de ce virement, c’est qu’il lui faut moins de trente secondes pour être effectif, contrairement aux virements SEPA classiques (entre 24 et 72 heures). Toutefois, certaines banques ne proposent pas encore ce dispositif. Pour faire un virement instantané, il faut se rendre à son agence bancaire, ou procéder directement via le site internet de la banque ou son appli mobile. Ce virement coûte en moyenne un euro, et la plupart des banques ont un plafond plus limité que les 15 000 euros cités plus haut. L’avantage, c’est bien sûr la rapidité, mais il existe un inconvénient, à savoir le vendeur et l’acheteur doivent tous deux être éligibles aux virements instantanés.

Paiement en plusieurs fois

Une véritable nouveauté ! L’application Obvy, qui permettait déjà les paiements entre particuliers pour des ventes sur des sites de petites annonces, permet désormais de régler les achats en plusieurs fois. Sur le plan pratique, acheteur et vendeur finalisent leur transaction en utilisant l’application Obvy, et l’acheteur peut alors choisir un paiement en trois, quatre ou dix fois, selon le montant, et sera prélevé via sa carte bancaire, conformément à l’échéancier. Le vendeur touchera quant à lui la somme intégrale en une fois, dès la transaction conclue. Ce système implique toutefois des frais pour l’acheteur et pour le vendeur. Pour l’acheteur : 1,5 % du montant total de la transaction, et la prise en charge des frais de livraison ; pour le vendeur : 1 euro pour un montant inférieur à 99 euros, et 10 euros au maximum pour un montant entre 100 à 1 200 euros.

Les arnaques, encore et toujours…

De très nombreuses personnes se plaignent d’avoir été lésées lors d’une transaction. 

En plus des exemples déjà cités, il faut mentionner les arnaques liées aux mandats cash, et celles liées aux courriels frauduleux. 

En ce qui concerne le mandat cash, Western Union ou autre, le vendeur, sur des sites de ventes entre particuliers, réclame parfois un paiement par mandat cash urgent.

L’acheteur se rend à la Poste ou dans un bureau Western Union et paye le montant de la transaction, puis transmet le numéro du mandat cash au vendeur. Il arrive que ce dernier, avec de faux documents d’identité, récupère la somme et ne livre jamais le bien vendu. La prudence est donc de mise !

Pour ce qui est des courriels frauduleux, si l’argent passe par un compte PayPal, le vendeur peut parfois recevoir un faux e-mail PayPal l’informant que l’argent a été envoyé. Dans ce cas, il est indispensable de vérifier aussitôt l’information en se rendant sur le site officiel de PayPal, en évitant tout lien présent dans l’e-mail. Si un mail PayPal indique que la somme a été débitée deux fois et qu’il faut rembourser le surplus à l’acheteur, il s’agit là aussi, probablement, d’un faux courriel. Attention, les mails, et même les sites des fraudeurs sont souvent assez bien imités. Il faut donc bien vérifier ce genre de courriel (petites différences dans les sigles, les logos, fautes d’orthographe et de français…).

Découvrez comment GoCardless peut vous aider vos paiements ad hoc ou récurrents

GoCardless simplifie la collecte de paiements récurrents

S'inscrireNous contacter

Automatisez la collecte de vos paiements avec GoCardless

En savoir plus