Skip to content
Go to GoCardless homepage
Tarifs
ConnexionS'inscrire

Le retour sur investissement : définition

Souvent abrégé ROI selon le terme anglais « Return on Investment », le retour sur investissement permet de mesurer le rendement d’un investissement. Il se calcule généralement en comparant le coût de l’investissement réalisé et les bénéfices engendrés en retour.

Il s’agit d’un indicateur très utile pour évaluer la rentabilité d’un investissement. Il est donc utilisé aussi bien par les entreprises, qui se demandent comment gérer les fonds dont elles disposent, que par les investisseurs à la recherche du meilleur placement possible pour leur capital.

Le retour sur investissement : calcul

La formule mathématique généralement utilisé pour calculer le retour sur investissement, exprimé en pourcentage, est la suivante :

(gain de l’investissement – coût de l’investissement) / coût de l’investissement.

Ce calcul présente cependant deux défauts qu’il convient de souligner.

D’une part, il ne tient pas compte du risque d’un projet, la rentabilité réelle pouvant se retrouver inférieure à la rentabilité potentielle pour une multitude de raisons, comme l’a d’ailleurs rappelé la crise sanitaire sans précédent de cette année 2020.

D’autre part, il ne tient pas compte de la durée : si certains investissements peuvent s’avérer immédiatement rentable (comme l’achat de marchandises à revendre immédiatement), d’autres ne sont rentables qu’à moyen ou long terme.

Pour reprendre l’exemple de la vente directe, c’est le cas d’articles produits en série limitée, dont la valeur devrait s’accroître avec le temps.

Le retour sur investissement : exemple

Les exemples les plus courants de retour sur investissements proviennent souvent de l’immobilier, puisqu’investir dans la pierre a longtemps été considéré comme l’un des meilleurs placements possibles.

Ce n’est néanmoins plus nécessairement vrai aujourd’hui, alors que l’évolution des marchés immobiliers est de plus en plus difficile à prévoir, que ce soit en raison des lois limitant l’intérêt des investissements locatifs ou, de manière plus générale, des fluctuations de marché qui ne sont plus forcément à la hausse.

Prenons donc un exemple plus simple. Imaginons un chauffeur de taxi salarié qui souhaite devenir indépendant : il sait que son chiffre d’affaire annuel et de 30 000 euros et qu’il aurait besoin de 10 000 euros pour acheter son propre véhicule et travailler à son nom.

Sur une année, le retour sur investissement de ce projet est donc de (30 000 – 10 000)/10 000 = 20% puisqu’il va dépenser 10 000 euros pour en gagner 30 0000.  Un tel taux est très intéressant car peu d’investissements permettent de gagner 20%, surtout en une seule année.

Quand et comment calculer le retour sur investissement?

L’exemple précédent montre que le retour sur investissement est un indicateur financier important ou, pour utiliser un terme cher à la finance, « un indicateur clé de performance » (« Key Performance Indicator », ou KPI en anglais). Cet outil de mesure des performances d’une activité est indispensable à la bonne gestion d’une entreprise, à condition toutefois de faire l’objet d’un suivi, voire de tableaux de bord s’il doit être calculé pendant une certaine durée.

C’est aujourd’hui ce que font de nombreuses entreprises qui se lancent dans le e-commerce ou choisissent de développer leur stratégie numérique : en effet, investir dans un site marchand, des annonces en ligne, des publicités sur les réseaux sociaux, etc, représente un coût certain, qui doit être amorti par un développement de l’activité, et donc une augmentation des ventes.

Les consultants marketing spécialisés dans le digital proposeront donc de suivre et d’analyser les dépenses engagées (budget SEO, achats Adwords, coûts des campagnes e-mailing, …), puis de mesurer les retours effectifs (nombre de prospects touchés, taux de conversion et taux de fidélisation, augmentation du chiffre d’affaires, …).

La direction pourra ainsi évaluer les retours sur investissements afin de mieux piloter cette stratégie de développement, et ainsi d’avoir toutes les cartes en main pour décider s’il vaut mieux l’arrêter, la poursuivre, ou encore l’accentuer selon sa rentabilité.

GoCardless simplifie la collecte de paiements récurrents

S'inscrireNous contacter

Automatisez la collecte de vos paiements avec GoCardless

En savoir plus

Nous contacter

Equipe commerciale

Equipe support

Carrière

Devenir partenaire

Vous avez vu “PRV SEPA” sur votre relevé bancaire ? Cliquez ici.

GoCardless SAS, 23-25 Avenue Mac-Mahon, Paris, 75017, France

GoCardless SAS, filiale de GoCardless Ltd, est un Etablissement de Paiement agréé par l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Régulation), Code Interbancaire (CIB) 17118 et habilité à prélever des paiements à travers l’Union Européenne. GoCardless Ltd. (Sutton Yard, 65 Goswell Road, Londres, EC1V 7EN, Royaume-Uni) est un Etablissement de Paiement Agréé, autorisé par l’autorité britannique FCA (Financial Conduct Authority).