Vous lancez-vous dans les services à la personne ? Voici nos conseils pour partir du bon pied !

Les services à la personne sont un secteur dynamique mais complexe. Découvrez tous les aspects à prendre en compte avant de créer votre structure.


20 milliards d’euros de chiffre d’affaires, 40 000 organismes dont plus de 80 % d’entreprises, 2,7 millions de bénéficiaires : le marché des services à la personne (SAP) est florissant. Un dynamisme tiré par les besoins d’une société en pleine mutation : familles monoparentales et couples biactifs toujours plus nombreux, hausse du taux de natalité, allongement de la durée de vie...

S’ils attirent de nombreux entrepreneurs chaque année, c’est aussi parce les SAP ne nécessitent qu’un investissement de départ relativement limité par rapport à d’autres secteurs. Y compris pour un lancement en franchise, où la fourchette des droits d’entrée est suffisamment large pour correspondre à tous les budgets.

Comment vous positionner sur ce secteur réglementé, marqué par une grande diversité d’acteurs et d'activités ? Quelles démarches effectuer ? Suivez le guide pour faire les bons choix.

Petite enfance, seniors, tâches ménagères… choisir votre activité avec soin

Les services à la personne regroupent 26 activités dont la garde d’enfant, l’assistance informatique, le soutien scolaire, l’entretien de la maison et la prise en charge de la dépendance. Comme choisir ? Vaut-il mieux proposer une offre généraliste ou se spécialiser ? Tout dépend de vos affinités, mais aussi du territoire d’implantation. L’étude de marché vous permettra d’identifier les besoins et l’offre d’ores et déjà disponible localement.

S’ils bénéficient tous du dynamisme du secteur des SAP, certains segments sont particulièrement porteurs, comme l’assistance aux personnes âgées, les services à la petite enfance et l’entretien ménager. Là encore, toutefois, mieux vaut privilégier un service répondant à un vrai besoin (aides à la mobilité en zone rurale par exemple).

Enfin, quelle que soit l’activité choisie, l’humain reste au cœur du métier de dirigeant d’une structure de SAP, que ce soit au niveau des relations avec les clients ou avec les intervenants. Vos qualités interpersonnelles et de communication compteront donc tout autant que vos compétences en gestion.

Prestataire ou mandataire ?

En fonction du segment choisi, vous pourrez proposer vos services :

  • En mode prestataire - vous êtes alors employeur des personnes intervenant auprès de vos bénéficiaires,

  • et/ou en mode mandataire - ce sont vos clients qui emploient l'intervenant à domicile.

Ces 2 modes d’intervention ne sont pas pertinents pour toutes les activités. Le premier conviendra mieux aux prestations de longue durée (auxiliaire de vie, nounou…), d’autant plus qu’il vous permet de bénéficier d’exonérations de charges patronales. Si vous vous lancez dans l’entretien de la maison ou le petit bricolage, privilégiez la fonction mandataire : vous disposerez alors d'un grand nombre d’intervenants sans avoir à verser de charges sociales trop importantes.

Dans un cas comme dans l’autre, le recrutement vous incombe et reste clé pour la réussite de votre structure. Près de 60 % des dirigeants de structure de SAP affirment que le recrutement est un défi majeur. N’hésitez donc pas à vous faire accompagner puis, une fois installé, à vous doter d'outils dédiés facilitant la gestion des candidatures.

1,5 millions : C'est le nombre de salariés employés par le secteur des services à la personne en France.

Agrément, déclaration ou autorisation ?

Que vous exerciez en mode prestataire ou mandataire, l’agrément de l’État est obligatoire pour intervenir auprès d’enfants de moins de 3 ans (garde à domicile, accompagnement dans les déplacements). En mode mandataire, cet agrément est obligatoire pour la prise en charge de personnes âgées, handicapées ou atteintes de maladies chroniques.

En mode prestataire, la prise en charge de personnes âgées ou handicapées est soumise à l’autorisation du conseil départemental.

Enfin, et bien que facultative, la déclaration est nécessaire pour permettre à votre structure et à vos clients de bénéficier d’avantages fiscaux. Vous pouvez en faire la demande quelle que soit l’activité choisie.

» Demander un agrément, une autorisation ou déposer une déclaration

La qualité est une valeur essentielle du secteur des SAP

En tant que dirigeant d’une structure de SAP, il est important de rassurer vos bénéficiaires et leurs proches, en démontrant votre engagement dans une démarche qualité. Première étape : adhérer à la Charte nationale qualité dédiée aux SAP. Vous pouvez aussi faire certifier vos prestations à l’aide d’un des 4 référentiels 4 référentiels disponibles pour le secteur. Enfin, n’hésitez pas à prévoir une démarche d’amélioration continue pour garantir la qualité de vos services dans la durée.

Entreprendre seul ou avec l’appui d’un réseau ?

À moins de proposer un service local très spécialisé, évoluer seul sur ce marché semble difficile. Autrefois dominé par les associations et les organismes publics, le secteur des SAP fait aujourd’hui la part belle aux réseaux de franchises généralistes ou spécialisés, dont certains couvrent l’ensemble du territoire.

Aux entrepreneurs se lançant dans les SAP, ces réseaux offrent d’indéniables atouts : concept clé en main, notoriété de l’enseigne, mutualisation des moyens logistiques et informatiques, assistance juridique… C’est la garantie de pouvoir vous lancer plus rapidement tout en étant accompagné. Vous restez propriétaire de votre structure et la gérez donc en toute autonomie, dans le respect toutefois de la politique de l’enseigne.

Le choix de la franchise dépendra notamment de vos affinités et de votre territoire d’implantation. N’hésitez pas à rencontrer les différents franchiseurs. Côté budget, comptez des droits d’entrée allant de quelques milliers à plusieurs centaines de milliers d’euros selon les réseaux, une somme que vous pourrez réunir en mixant apport personnel, prêt bancaire et aides publiques.

» Trouver un réseau de franchise dans les SAP

Des avantages fiscaux pour vous comme pour vos clients

Les SAP bénéficient d’un cadre fiscal et social favorable.

Pour vos clients, le recours aux services à la personne ouvre droit à un crédit d’impôt sur le revenu égal à 50 % des dépenses engagées, dans la limite de 12 000 € par an. Par ailleurs, ces prestations peuvent être en partie financées par diverses aides, telles que le CESU (Chèque emploi service universel) préfinancé - exonéré d’impôt sur le revenu -, ou les aides sociales : prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE), allocation personnalisée d’autonomie (APA), prestation de compensation du handicap (PCH)...

En tant qu’entreprise, vous bénéficiez d’un taux réduit de TVA pour certaines prestations, notamment celles liées aux gestes essentiels de la vie quotidienne des personnes âgées et handicapées. Par ailleurs, vous profitez d’une exonération de cotisations patronales pour la garde d’enfants ou l’assistance aux personnes âgées ou handicapées.

» Tenté par les services à la personne ? Rendez-vous sur le site officiel pour en savoir plus

Services à la personne : des processus bien spécifiques

La gestion d’une structure de SAP implique la mise en oeuvre de nombreux processus récurrents tels que l’accueil téléphonique, l’établissement d’un planning des missions, la télégestion (ou pointage des intervenants), la gestion des temps de trajet, la création de devis incluant les aides sociales...

Simplifiez-vous la vie dès le départ en vous dotant d’outil logiciels dédiés aux SAP : ils vous permettront de gagner du temps en automatisant vos tâches quotidiennes les plus ardues.

Les derniers conseils de nos experts

Services à la personne : 8 astuces pour maximiser votre productivité

Noyé dans les tâches quotidiennes ? Découvrez nos conseils pour sortir la tête de l'eau et être plus productif.

Prélèvement automatique : Le guide complet pour les experts-comptables

Tout savoir sur le prélèvement automatique qui permet de mettre en place des règlements récurrents auprès de vos clients.

Digitalisation des cabinets comptables : le guide A-Z pour faire les bons choix

Digitaliser son cabinet comptable, comment être certain d'aborder correctement le sujet de la transformation numérique ? Avez-vous une vue d'ensemble du sujet ?

Voir tous les conseils


Notre guide SEPA

explications détaillées du prélèvement automatique