Skip to content
Go to GoCardless homepage
Tarifs
ConnexionS'inscrire

Qu’est-ce que le capital-investissement ?

Plus connu sous le terme anglais de « private equity », le capital-investissement désigne toutes les opérations qui permettent de participer au capital de sociétés non cotées en Bourse.

La participation peut être majoritaire ou minoritaire, et réalisée par des institutions comme des particuliers. Il s’agit d’une solution de financement alternative à la dette bancaire, et c’est pourquoi elle est appelée dette privée.

L’objectif d’une telle participation financière, sans aucune garantie, est de réaliser des plus-values, généralement à court ou moyen-terme. Elle peut être effectuée aussi bien pour aider à la création d’une entreprise que pour favoriser son développement, ou aider à sa cession.

Selon l’association France Invest, 7500 entreprises (start-ups, PME et ETI) ont bénéficié d’une telle aide en 2018, pour un montant total estimé à 14,7 milliards d’euros. Mieux encore, le capital-investissement français aurait permis de créer, entre 2012 et 2017, près de 210 000 emplois.

Quelles sont les différentes formes de capital-investissement ?

Le capital risque

De plus en plus fréquent avec la multiplication des start-ups, le capital risque concerne les jeunes entreprises, souvent dans des domaines innovants comme celui des nouvelles technologies. S’il intervient toujours après la création juridique de l’entreprise, il est divisé en deux branches distinctes :

- le capital amorçage (« seed capital » ou « seed money » en anglais) permet de financer la recherche et la mise au point d’un nouveau produit ou service avant sa mise sur le marché.

- le capital création (parfois appelé capital post-création pour le distinguer du précédent) permet de financer des entreprises qui ont moins de trois ans et qui ne réalisent pas encore de bénéfices. Ce coup de pouce financier doit les aider dans leur développement.

Le capital développement

Investir au capital d’une entreprise peut également être un moyen de lui donner un nouvel élan. Lorsqu’une entreprise ayant plus de trois ans d’existence souhaite renouveler ses outils de production ou bien se consolider pour développer une nouvelle gamme de produits ou de services, s’attaquer à de nouveaux marchés, voire passer à l’international, il est question de « capital développement ».

Cette notion ne concerne donc pas uniquement les nouvelles technologies, et elle se traduit le plus souvent par des participations minoritaires. Elle peut notamment donner lieu à l’augmentation de capital d’une SARL.

Le capital transmission

Le capital transmission représente la plus grande partie du capital investissement puisqu’il concerne le rachat d’entreprises. Lorsque celui-ci est effectué par des investisseurs extérieurs, il est qualifié de « buy out ». Lorsque ce « buy-out » est effectué en recourant à un endettement, il s’agit d’un « leverage buy-out » (ou LBO). En français, les analystes du capital investissement parlent d’un « effet de levier ».

Le capital restructuration

Parfois également appelé capital retournement, le capital restructuration intervient lorsqu’investir au capital d’une entreprise semble le meilleur moyen de traverser une crise financière et de relancer celle-ci.

Quelles sont les différentes modalités de capital-investissement ?

Les investissements peuvent être réalisés par des particuliers, les fameux « business angels », des sociétés spécialisées (les sociétés de capital-risque ou les « corporate ventures », créés par les grands groupes industriels) ou des fonds générés par des sociétés de gestion (tels que les Fonds Communs de Placements à Risques, les Fonds Communs de Placement dans l'Innovation et les Fonds d'Investissement de proximité)

Leur entrée au capital se fait généralement par la souscription d’actions (ordinaires ou de préférence) et ou d’obligations (OCA ou ORA). Mais des avances sont parfois accordées.

La sortie du capital se fait le plus souvent par l’introduction en Bourse de l’entreprise ou par sa cession, soit à un autre investisseur soit à un groupe. Il est également possible que les titres soient rachetés par les associés précédents ou que le capital soit réduit.

GoCardless simplifie la collecte de paiements récurrents

S'inscrireNous contacter

Automatisez la collecte de vos paiements avec GoCardless

En savoir plus

Nous contacter

Equipe commerciale

Equipe support

Carrière

Devenir partenaire

Vous avez vu “PRV SEPA” sur votre relevé bancaire ? Cliquez ici.

GoCardless SAS, 23-25 Avenue Mac-Mahon, Paris, 75017, France

GoCardless SAS, filiale de GoCardless Ltd, est un Etablissement de Paiement agréé par l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Régulation), Code Interbancaire (CIB) 17118 et habilité à prélever des paiements à travers l’Union Européenne. GoCardless Ltd. (Sutton Yard, 65 Goswell Road, Londres, EC1V 7EN, Royaume-Uni) est un Etablissement de Paiement Agréé, autorisé par l’autorité britannique FCA (Financial Conduct Authority).