Skip to content
Go to GoCardless homepage
Tarifs
ConnexionS'inscrire

L’escompte, définitions et avantages

Définition et principes de l’escompte

L'escompte est une technique de crédit utilisée avec les effets de commerce (c’est-à-dire un titre qui équivaut à un moyen de paiement par exemple, une traite ou le billet à ordre). Cette technique consiste pour un créancier à se faire régler une facture avant son échéance et ceci, grâce à une avance de la banque avec application de frais.

L'escompte permet de limiter les décalages de trésorerie pour l'entreprise en mobilisant ses créances client.

En ayant recours à l'escompte, le fournisseur transmet l'effet de commerce valant ordre de paiement à sa banque qui verse le montant de la facture (en avance de son échéance réelle) déduction faite des frais d’escompte. Le client du fournisseur paiera ainsi la banque à échéance de sa facture et non pas son fournisseur initial.

Le taux d’escompte est fixé par la banque et le montant des frais appliqués sera calculé selon ce taux au prorata du nombre de jours entre le paiement de l’escompte et la date d’échéance de la facture.

Mode et formule de calcul de l’escompte

Coût de l'escompte = (valeur de la traite x taux d'escompte x nombre jours) / 36000

Considérons cet exemple d'escompte pour illustrer cette formule et le système :

Le fournisseur A vend un produit à un client B pour un montant de 1000 euros, payable à 30 jours.

Le fournisseur A livre le produit à son client B mais ne pourrait en principe encaisser la valeur du dit produit que 30 jours plus tard, à échéance de la facture. Si la société A rencontre des difficultés de trésorerie ou a besoin d’espèces pour régler ses propres fournisseurs ou procéder à un investissement.

L’entreprise A peut choisir de faire escompter l'effet de commerce par sa banque. La banque devient donc créancière des sommes portées à la facture du fournisseur A. Elle avance l'argent de l'effet de commerce à A, déduction faite des frais d’escompte.

Imaginons que cette banque applique un taux d'escompte de 7 %. Le délai de paiement de la facture émise par la société A est de 30 jours, ce qui correspond donc à la durée entre l'escompte et l'échéance de l'effet de commerce (si l’escompte est activé le même jour que celui d’émission de la facture), et d'autre part, le montant de l'effet de commerce (c’est-à-dire le montant de la facture émise par A est de 1000 euros).

D'après la formule de calcul citée plus haut, Coût de l'escompte = (valeur de la traite x taux d'escompte x nombre jours) / 36000.

Il faut donc calculer: (7 x 30 x 1000) / 36000 = 5,83

Et l'effet de commerce vaudra alors son montant initial moins le coût de l'escompte, soit 1000 – 5,83 euros = 994,17 euros.

Cela signifie que la banque paiera 994,17 euros au créancier (entreprise A), alors que l’entreprise débitrice (le client initial B) lui paiera à échéance le montant de 1000 euros. La différence de 5,83 euros correspond aux frais appliqués par la banque en échange de son service d'escompte.

Il est également possible de céder des créances professionnelles à des établissements de crédit dont la gestion de l’escompte est une de leurs activités principales.

Les avantages et inconvénients de l’escompte

Les avantages 

  • L’escompte peut être assimilé à un outil de financement dans la mesure où il permet à une entreprise d’avoir accès à une avance sur des factures non échues et d’ainsi gagner une sécurité quant à sa trésorerie, sans avoir à procéder à un emprunt bancaire.

  • Les frais engendrés par l’escompte sont généralement moindres que ceux liés à un emprunt bancaire ou à une facilité de découvert.

  • L’escompte présente également l’avantage de réduire le besoin en fonds de roulement de l’entreprise sans avoir recours à un financement externe.

Les inconvénients

  • Bien que potentiellement plus économique qu’un financement bancaire, l’escompte est soumis à l’application de frais et grève ainsi la marge de l’entreprise sur ses ventes.

  • La banque ou l’établissement de crédit peut se retourner contre son client ayant sollicité un escompte si le débiteur (entreprise initialement facturée) ne règle pas sa facture. L’escompte est une avance de trésorerie et non une solution de recouvrement, la banque ne rachète pas la créance

  • Il faut rester attentif à la bonne santé de sa trésorerie et ne pas compter uniquement sur le système d’escompte pour masquer une santé financière fragile, l’escompte devant être une exception plus qu’une règle.

  • Toutes les entreprises créancières ne sont pas éligibles : celles qui pourraient en avoir le plus besoin (telles que les jeunes entreprises et celles en difficultés financières) sont souvent retoquées auprès des banques qui attendent des garanties solides quant à la créance.

GoCardless simplifie la collecte de paiements récurrents

S'inscrireNous contacter

Automatisez la collecte de vos paiements avec GoCardless

En savoir plus