Skip to content
Go to GoCardless homepage
Tarifs
ConnexionS'inscrire

Pourquoi et comment effectuer une levée de fonds

La levée de fonds, c’est un outil qu’une entreprise peut utiliser pour se financer sans passer par des organismes de crédit. Les entrepreneurs peuvent faire appel à ce qu’on appelle des « business angels » (selon Wikipédia, un business angel est « une personne physique qui investit à titre individuel au capital d'une entreprise innovante »), ou à l'argent des particuliers ou personnes morales via des plateformes spécifiques. Le financement peut être réalisé sous forme de prêts personnels entre particuliers ou, dans la plupart des cas, donner lieu à des prises de participation. La levée de fonds constitue donc un apport au capital de l’entreprise. On parle parfois de « financement extérieur » ou « d’apport extérieur ». Dans les cas de prises de participation, les investisseurs extérieurs deviennent associés à l’entreprise.

Pourquoi effectuer une levée de fonds ?

On associe souvent, et à juste titre, la levée de fonds aux start-ups. C’est en effet un outil de financement intéressant pour de nouvelles entreprises à fort potentiel. L’intérêt du dispositif, c’est le fait que la société devient propriétaire, en échange de l’émission de titres financiers, du capital apporté par les investisseurs, et elle ne doit donc pas rembourser ces sommes d’argent.

D’autre part, les investisseurs, souvent entrepreneurs ou ex-entrepreneurs, ont une vision précise de l’entreprise, un réseau étendu de contacts, et peuvent donc conseiller et aider utilement l’équipe fondatrice de l’entreprise.

Une autre raison explique l’intérêt de la levée de fonds : elle concerne le plus souvent des projets prévus sur la durée et qui nécessitent des capitaux conséquents. Le remboursement d’un prêt bancaire constituerait une charge très lourde, en particulier pour une jeune entreprise. On considère généralement que le financement extérieur correspond bien à des projets à fort potentiel de développement sur un horizon de plusieurs années.

Comment peut-on lever des fonds ?

Nous avons déjà évoqué les « business angels », mais il existe toute une variété d’investisseurs potentiels, spécialistes du capital risque, fonds d’amorçage ou, plus généralement, personnes physiques ou morales souhaitant investir dans des projets qui leur paraissent prometteurs, avec pour objectif une plus-value à court terme (souvent entre cinq et sept ans). On peut aussi citer les sites Internet de crowdfunding. Dans ce cas, les entrepreneurs exposent leurs projets pour convaincre les internautes, en proposant bien sûr un rendement intéressant. Il faut bien sûr distinguer les investisseurs privés et les professionnels de l’investissement réglementés par l’AMF (Autorité des marchés financiers). 

Les fonds privés regroupent la plupart des fonds d’investissement nationaux ou internationaux, et ce sont eux qui financent le plus d’entreprises dans le cadre des levées de fonds. 

Les fonds publics qui se regroupent en particulier sous l’égide de Bpifrance, banque publique d’investissement et organisme de financement et de développement des entreprises. Les fonds d’investissement publics ne favorisent pas forcément la rentabilité rapide à tout prix, et sont donc mieux adaptés pour les entreprises à la rentabilité modeste. Ils investissent souvent en complément d’investisseurs privés. On peut citer par exemple le Fonds national d’amorçage (FNA), spécialisé dans le domaine high-tech.

Les étapes indispensables

  • S’assurer de la crédibilité de son projet. L’entrepreneur doit convaincre quant à la qualité de son équipe et au potentiel de développement du projet.

  • Bien identifier les investisseurs potentiels. Ils doivent, selon les besoins de l’entreprise, apporter des financements, offrir un réseau et une expertise métier, ou remplir à la fois ces deux critères.

  • Bien maîtriser l’étape de la « due diligence ». C’est le moment où les investisseurs potentiels examinent le dossier sous toutes les coutures, et il faut donc se montrer réactif en cas de demande d’informations, et cela peut être également le bon moment pour un audit juridique, afin de s’assurer que les contrats et le montage juridique sont irréprochables.

  • Prévoir des contrats de confidentialité. L’objectif de ces contrats, c’est de garantir le secret des négociations en cours, avant de négocier sur le montant de la levée, les actions cédées en contrepartie et leur valeur.

  • Parvenir à un bon accord sur la lettre d’intention. Celle-ci mentionne précisément les conditions financières et les conditions juridiques de l’opération.

  • Convoquer une Assemblée générale extraordinaire pour acter l'augmentation de capital.

  • Émettre des bulletins de souscription d’actions aux investisseurs. Ceux-ci les complèteront avant de les renvoyer signés à la société.

  • Délivrance par la banque d’un certificat du dépositaire constatant la réalisation des souscriptions.

  • Enregistrer la formalité au greffe du Tribunal de commerce.

En conclusion, si l’intérêt d’une levée de fonds est évident, il faut garder à l’esprit qu’il s’agit tout de même d’une opération risquée, pour l’entreprise comme pour les investisseurs. Il convient donc de prêter une grande attention à l’aspect juridique du dispositif, à la fois pour optimiser les montants investis, mais aussi pour couvrir le risque au maximum. Il est donc vivement conseillé de recourir aux compétences d’un conseiller juridique et d’un expert-comptable sérieux pour se faire une idée réaliste de la faisabilité des objectifs. En effet, il arrive que des entrepreneurs rencontrent de sérieux problèmes quelques années après la levée de fonds, en raison d’une évaluation erronée de certaines clauses des actes juridiques. Mentionnons par exemple les clauses relatives à la répartition des actions, à l’achat ou la vente des participations, aux comptes courants d'associé, etc.

Découvrez comment GoCardless peut vous aider à simplifier la collecte de paiements récurrents

GoCardless simplifie la collecte de paiements récurrents

S'inscrireNous contacter

Automatisez la collecte de vos paiements avec GoCardless

En savoir plus

Nous contacter

Equipe commerciale

Equipe support

Carrière

Devenir partenaire

Vous avez vu “PRV SEPA” sur votre relevé bancaire ? Cliquez ici.

GoCardless SAS, 16-18 rue de Londres, 75009 Paris

GoCardless SAS, filiale de GoCardless Ltd, est un Etablissement de Paiement agréé par l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Régulation), Code Interbancaire (CIB) 17118 et habilité à prélever des paiements à travers l’Union Européenne. GoCardless Ltd. (Sutton Yard, 65 Goswell Road, Londres, EC1V 7EN, Royaume-Uni) est un Etablissement de Paiement Agréé, autorisé par l’autorité britannique FCA (Financial Conduct Authority).